Tourisme

Audio

Slow audio

Le tourisme serait-il un cancer, infiltrant et métastasé, détruisant tout ce qu’il touche, et ce avec une prédilection pour le pittoresque et l’exceptionnel ? Would tourism be a cancer, infiltrating and metastasizing, destroying everything it touches and, what is more, with a predilection for the picturesque and the unique?
Vous connaissiez autrefois un joli bord de plage ? Bétonnée ! Un quartier historique charmant ? Muté en hypermarché à l’air libre ! Un restaurant typique connu depuis des générations ? Transformé en fast food. Y aurait-il au monde encore de beaux endroits épargnés par le cancer du tourisme ? Rien n’est moins sûr. [Ce n’est pas sûr du tout.] Le charme des pays et des paysages est en voie d’extinction – comme les tigres, les orangs-outans et les ours polaires. Did you once know a nice beachfront? Concreted! A charming historic district? Mutated into an open-air hypermarket! A typical restaurant known for generations? Turned into a fast food chain. Would there still beautiful places be in the world, untouched by the tourism cancer? Nothing is less sure. The charm of countries and landscapes is becoming extinct – such as tigers, orangutans and polar bears.
Une des 10 plaies de l’Égypte, c’étaient les sauterelles : « Elles recouvrirent la surface de toute la terre et la terre fut dans l’obscurité ; elles dévorèrent toutes les plantes de la terre et tous les fruits des arbres. » (Exode 10:13-14,19). One of the 10 plagues of Egypt were the locusts, for “they covered the surface of the whole land, so that the land was darkened; and they ate every plant of the land and all the fruit of the trees.”
Aujourd’hui, les sauterelles, c’est nous ! En quelques heures, nous sommes ailleurs – que ce soit en avion, en voiture ou en bateau de croisière – et nous débarquons peut-être même chez vous, en masse, bouleversant votre vie quotidienne. Personne ne proteste ? Forcément, puisque le monde entier veut vivre du tourisme ! De même que certains médecins vivent du cancer, certains pays vivent des touristes. Avec ses plus de 80 millions par an, à la France le pompon ! Today, locusts, that’s us! Within hours, we are elsewhere – be it by plane, by car or cruise ships – and perhaps we even disembark at your home, in mass, upsetting your daily life. No one protests? Inevitably, because the whole world wants to live from tourism! Just as some doctors live from cancer, some countries are living from tourists. With more than 80 million per year, France takes the cake!
Les prix des fruits et légumes grimpent ? Tant pis pour les habitants du lieu ! Des gratte-ciel avec vue sur la plage ? Vive l’urbanisation de notre planète ! On offre des jeunes filles à la prostitution ? Fâcheux dommage collatéral, mais les hommes veulent baiser à moindre frais. Prices of fruit and vegetables are rising? So much for the locals! Skyscrapers overlooking the beach? Long live the urbanization of our planet! We offer girls for prostitution? Unfortunate collateral damage, but men want to fuck cheaply.
Vive la globalisation ? Partout la même malbouffe – hamburgers, kebabs et crêpes –, les mêmes fringues et bibelots, la même musique ? C’est à vomir d’ennui. Cela vous arrive-t-il parfois d’en avoir marre de la globalisation ? D’avoir une terrible envie de lire des romans d’aventure et de vous replonger dans un monde où il fallait prendre des risques et souffrir pour franchir les longues distances (sans réservation sur internet), sans avoir la certitude qu’une fois arrivé, on trouverait un lit pour la nuit ? Existe-t-il encore en ce monde des lieux non globalisés (non américanisés) ? En ce cas, gardons-nous bien d’en parler !

 

Long live globalization? Everywhere the same junk food – burgers, kebabs and crepes – the same clothes and trinkets, the same music? So boring, you want to shoot yourself in the face. Does it sometimes happen to you, being fed up with globalization? To have a terrible urge to read adventure novels and plunge into a world where you had to take risks and suffer to cross long distances (without internet booking), without the certainty that once arrived one would find a bed for the night? Are there still globalized places in this world that are not Americanized? In this case, we must not speak of it.
le tourisme tourism
le cancer cancer
infiltrant infiltrating
métastasé metastasizing
détruire to destroy
tout ce que everything
toucher to touch
   
avec with
la prédilection predilection
le pittoresque the picturesque
l’exceptionnel the unique
autrefois once
joli nice
le bord de plage beachfront
   
la plage beach
bétonner to concrete
le quartier district
historique historic
charmant charming
muter to mutate
   
hypermarché m. hypermarket
à l’air libre open-air
le restaurant restaurant
typique typical
connu known
depuis des générations for generations
y aurait-il would there be
   
un endroit place
de beaux endroits beautiful places
épargné here: untouched
rien n’est moins sûr nothing is less sure
le charme charm
le pays country
le paysage landscape
   
l’extinction f. extinction
être en voie d’extinction to become extinct
le tigre tiger
un orang-outan orangutan
l’ours m. bear
polaire polar
la plaie plague
   
l’Égypte f. Egypt
la sauterelle locust, grasshopper
recouvrir to cover
la surface surface
l’obscurité f. obscurity
dévorer to devour, to eat up
la plante plant
 
un arbre tree
aujourd’hui today
en quelques heures within hours
ailleurs elsewhere
que ce soit be it
un avion plane
la voiture car
   
le bateau ship
la croisière cruise
débarquer to disembark
peut-être maybe
même even
chez vous at your home
en masse in mass
   
bouleverser to upset
quotidien daily
personne no one, nobody
protester to protest
forcément inevitably
puisque because, since
vouloir to want
 
de même que just as
certains certain
par an per year
le pompon here: jackpot
le prix price
grimper to rise
tant pis pour so much for
   
un habitant inhabitant, local
le lieu place
le gratte-ciel skyscraper
avec vue sur overlooking
une urbanisation urbanisation
la jeune fille young girl
la prostitution prostitution
   
fâcheux unpleasant, unfortunate
le dommage damage
collatéral collateral
baiser to fuck
les frais m. costs
à moindre frais cheaply
le kebab kebab
   
la crêpe crepe
les fringues f. clothes
un bibelot trinket
vomir to throw up, to vomit
l’ennui m. boredom
en avoir marre to be fed up
la globalisation globalisation
   
terrible terrible
une envie longing, desire
lire to read
le roman novel
une aventure adventure
se replonger to plunge again
il fallait you had to
   
prendre to take
le risque risk
souffrir to suffer
long, longue long
la distance distance
sans without
la réservation reservation
   
franchir to cross
la certitude certainty
une fois arrivé once arrived
trouver to find
le lit bed
la nuit night
un lieu place
   
américanisé Americanised
en ce cas in this case
se garder de to hold back from
parler to speak